Les Réunionnais de la Creuse : les dessous d’un scandale d’État
Les Réunionnais de la Creuse : les dessous d’un scandale d’État
Les Réunionnais de la Creuse : les dessous d’un scandale d’État

 De 1963 à 1981, plus de 1600 enfants réunionnais ont été arrachés à leur famille et leur île natale afin d’être transférés dans plusieurs départements ruraux de l’Hexagone. La mémoire encore écorchée par ce passé sombre, les « Réunionnais de la Creuse » réclament aujourd’hui la vérité sur leur identité et leurs origines.

 

220px-michel_debreMichel Debré

afrosomething-article-cc4ec575cc728cef4ff95fd4537667c4-1392638936-jpgcapture-decran-2016-02-16-a-18-39-55-mmmcdj84ea4iqc7ojab35wr3c0m215evuqpl0dul1o

L’initiative de ces transferts, baptisée BUMIDOM, revient à Michel Débré, sénateur gaulliste de La Réunion. Au départ, l’initiative devait concerner que des « adultes volontaires ». Hélas, en marge de cette initiative, Michel Debré organise le transfert massif d’enfants réunionnais, issus de milieux sociaux défavorisés, dont les parents, illettrés et contraints par l’administration, pensaient que leurs enfants partaient « pour un avenir meilleur » et qu’ils reviendraient régulièrement sur l’île de La Réunion. La plupart ne reverrons jamais leur enfants, qui eux ne reverront jamais leur île natale. Placés dans des familles d’accueil, victimes de travail forcé, de violences, de maltraitance, de racisme, beaucoup d’entre eux n’ont pas connu cet avenir meilleur, en plus d’être déracinés de leur histoire et de leur origines.

george-pau-langevin-le-redoublement-sera-abandonne-en-primaire George Pau-Langevain ( ministre des Outre-mer )

 

50 ans après ces événements douloureux, qui hantent encore ces ex-pupilles à l’identité originelle perdue, Georges Pau-Langevin a annoncée, le jeudi 18 février 2016, la création d’une commission nationale. Cette commission, composée d’historiens et d’experts, aura la charge d’étudier ce pan d’Histoire. Par la suite, les Réunionnais déracinés espèrent des billets d’avions pour retrouver leur île natale, ainsi que des réparations financières et surtout, l’accès aux dossiers et archives leur concernant.

 

 

source : http://www.lepoint.fr/societe/reunionnais-de-la-creuse-les-dessous-d-un-scandale-d-etat-18-02-2014-1793404_23.php

 

 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *