Cameroun sacré champion d’Afrique !
Cameroun sacré champion d’Afrique !
Cameroun sacré champion d’Afrique !

Article de l’Équipe

Dans un stade assez enjoué, tranchant avec la faible ambiance qui a entouré la compétition, l’Egypte a rapidement fait passer un frisson, sur une frappe de Said, sauvée par l’excellent Ondoa (2e). Les hommes de Cuper ont su concrétiser leur temps fort. Sur une superbe passe de Mohamed Salah, grand homme du tournoi, Elneny battu le gardien camerounais avec sang-froid (22e). Le Cameroun d’Hugo Broos a subi un autre coup dur dans la foulée, quand Teikeu a quitté ses partenaires sur blessure (31e). L’Egypte, pas flamboyante mais efficace, organisée méticuleusement par Cuper, a su contrôler jusqu’à la pause, face à des Camerounais trop timides.
Mais le Cameroun a changé de visage après la pause. Remontés, les partenaires d’Aboubakar, entré dès la reprise, ont imprimé un important pressing dans le camp égyptien. Benjamin Moukandjo et Christian Bassogog sur les côtés ont commencé à faire mal. Nkoulou, entré à la place de Teikeu en première période, a remis les Camerounais dans le match. Sur un centre léché de Moukandjo depuis le côté gauche, la tête puissante du Lyonnais n’a laissé aucune chance au vétéran El-Hadary (59e). Les Lions indomptables ont continué de pousser, avec un Moukandjo incroyable d’activité, mais trop imprécis (78e). La délivrance camerounaise est finalement venue d’Aboubakar (88e), d’un excellent enchaînement.

 

Sports – lire l’article : Nafissatou Thiam, étoile montante de l’athlétisme

ou l’article Akon lighting Africa

 

L’homme : Aboubakar, le sauveur

Entré à la pause, Vincent Aboubakar a offert la CAN au Cameroun, 15 ans après son dernier sacre. Si l’homme du match a sans doute été Benjamin Moukandjo, Aboubakar mérite le titre de dynamiteur. Son apparition sur la pelouse, à la place de També, a symbolisé le réveil des Lions indomptables. L’attaquant de 25 ans a apporté de la puissance en attaque, pilonnant la défense égyptienne au bord de la rupture au fil des minutes, à l’image de ses passements de jambes (70e).

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *